Divers Humour Méthode Non classé

Le Syndrome Post-Rentrée

Alors certes, au début vous allez passer beaucoup de temps sur vos séances de TD, en ne voyant pas vos progrès, mais petit à petit vous allez vous rendre compte de votre marge de progression et de ce que vous êtes capable de faire. Sans compter que plus vous lisez d'arrêts, plus votre culture juridique augmentera. 

Formation Portalis le livre !

L’E-Book complet de la formation avec des exercices corrigés et tous mes trucs et astuces pour réellement maîtriser le commentaire d’arrêt !

€19,99

Que l’on soit en première année ou non, chaque année c’est la même chose. Toujours les mêmes questions qui reviennent nous hanter.

Suis-je fait pour le droit ? Qu’est-ce qui m’a pris de m’inscrire (me réinscrire) en droit ?! En plus l’an dernier je n’ai pas réussi à pécho Samantha…

On se dit – lorsqu’on a validé une année – que c’était peut être un coup de chance, les matières me plaisaient, mais quid de cette année ? Si je n’accroche pas aux matières, comment je vais faire ? Mon avenir est foutuuuuuu ! Je ferais mieux d’aller directement en ethnologie ou en fac d’art. Au moins ils fument du chichon parce que c’est au programme.

Les anciens le savent bien, la rentrée n’est jamais totalement rigolote : on se rappelle les galères de l’année passée, le stress des partiels, des séances de TD non préparées. Une fois passée l’euphorie des premiers jours (le droit ça m’a manqué quand même), nous sommes rapidement rappelés à la triste réalité de notre situation : l’été est fini, Noël est encore loin, et entre les deux, des cours, des TD, des partiels de mi-semestre, la bouffe dégueulasse du RU, ou le découvert qui se creuse par une trop grande fréquentation du McDo/Burger King/Grec du coin (rayez la mention inutile).

Bientôt dans le DSM-V, le syndrome Post-Rentrée, n’est pas une fatalité ! Voyons quelques-un de ses symptômes pour en étudier les remèdes. Au passage, je vous laisse admirer cette annonce de plan ; on a deux parties bien distinctes alors que je n’ai même pas énoncé (I) et (II). Puisque vous ne l’aviez pas remarqué, je vais me faire un malin plaisir à ne pas respecter cette annonce. Ah mais !

Commençons !

Image associée
Chez Jean-Kévin – J-2 avant la rentrée.

La première année en droit

Aaaaaaah ! Bienvenue en enfer les enfants ! A votre prochain cours d’amphi, faites donc ce petit exercice : regardez les gens autour de vous, et imaginez qu’une personne sur deux ne passera pas le cap de la première année ! (Pour les petits L2 et L3, ne rigolez pas trop, c’est un peu la même idée pour vous. Surtout avec la sélection en M1 à venir, il va falloir vous mettre à bosser les enfants !).

Bon, maintenant j’arrête de vous démoraliser. Car il n’y a vraiment pas de quoi paniquer. Je vais vous le dire d’une façon simple, l’important en première année est de prendre le pli et de comprendre ce que l’on attend de vous à la fac.

Fini le temps où vous pouviez feinter vos profs en ressortant vaguement les quelques notions que vous avez retenues Dieu sait comment ! Il vous faut travailler 3 points pour passer en seconde année :

Le vocabulaire

La plupart des étudiants ont déjà commencé les cours. Alors vous vous êtes déjà rendu compte que le droit utilise un vocabulaire barbare très technique. Il faut ABSOLUMENT vous familiariser avec ces nouveaux termes. Le jour de l’examen, on pourra vous pardonner un certain nombre d’erreurs d’analyse, de rédaction, mais pas de vocabulaire. S’il y a une chose à retenir avec le droit, c’est que les mots comptent, et qu’ils ne sont jamais utilisés en vain, ou à la place d’autres mots. Je vous laisse chercher la différence entre interjeter et se pourvoir.

Comme je commence à vous connaître un peu (surtout vous, gentilles étudiantes naïves) je vous sens derrière vos écrans à pester : mais comment fait-on pour apprendre tous ces nouveaux termes ? Il est gentil l’autre, mais je sors du bac moi ! Je ne suis pas avocat !!

Comme dirait ce bon général :

syndrome post rentrée
Pour de vrai !

Deux points :

Forcez vous à utiliser le moins de synonymes possibles. Car dans vos petites têtes blondes ça veut peut-être dire la même chose, mais un terme technique reste un terme technique. Et il désigne un concept, une notion précise. En plus ça va vous forcer à apprendre ce nouveau mot.

Achetez un dictionnaire juridique. Je sais, ça coûte cher (celui de Dalloz vaut 3 pintes de blonde ! C’est dire!), mais vous l’achetez une fois et il vous servira toute votre scolarité, et même dans votre métier de juriste, si votre employeur est trop pingre (ce n’est pas un terme juridique) pour vous en payer un neuf.

Sans avoir d’actions chez Dalloz, je vous conseille leur bouquin qui est très bien fait (il est très utile pour caler un meuble !). C’est le Lexique des termes juridiques.

Egalement un site internet qui est gratuit et bien fait, avec des définitions un peu plus approfondies :

https://www.dictionnaire-juridique.com/

Ca peut vous aider à étoffer vos copies, en feintant Jean-Doctorat comme les gros sales que vous êtes.

Donc le vocabulaire technique. Très important.

 

La précision de vos connaissances

Laissez moi le temps d’allumer ma pipe (Non stagiairedécolletée#2 je ne te parle pas, continue le repassage) afin de vous narrer mon premier oral en droit. C’était pas vraiment du droit puisqu’il s’agissait du cours d’introduction historique au droit. Je connaissais à peu près mon cours. C’est à dire que – selon mes critères – je pouvais m’arrêter de bosser ce cours pour faire des choses plus constructives, comme jouer de la basse ou regarder la saison 1 de Big Bang Theory. Oui. Ma première année commence à dater un peu.

Toujours est-il que connaissant vaguement les notions, je me suis pointé à l’oral avec l’arrogance du jeune premier qui est en droit. Traduisez, un bon gros con ! Lorsque j’ai entendu le sujet que je devais traiter, j’ai bien compris que les histoires de franche camaraderie entre prisonniers, traduisaient une réalité beaucoup moins reluisante, et beaucoup douloureuse que ce que nous voulons bien admettre.

15 lignes !!! Mon sujet couvrait 15 lignes de mon cours de 60 pages ! C’est à ce moment que j’ai regretté d’avoir laissé mon tube de Vaseline à la maison.

Vous commencez à voir où je veux en venir. La précision de connaissances à la fac est réellement plus poussée qu’au lycée. Ce qui est parfaitement normal, soit dit en passant.

Comment faire pour apprendre ses cours de façon aussi précise ?

Il faut aller lire un excellent article, d’un blogueur dont le talent est reconnu de tous : votre serviteur ! En cliquant ici, vous aurez une méthode d’apprentissage des plus efficaces. Je ne vais pas vous sortir le « garanti satisfait ou remboursé » car c’est gratuit. Mais vous verrez que ça marche bien.

La méthode

C’est peut-être le plus dur à acquérir. Apprendre à apprendre, ça se fait très bien, être capable d’utiliser le bon vocabulaire pour désigner les bons concepts, aussi. Mais la méthode ! Vous n’allez pas avoir le choix. Il faudra bouffer des exercices, encore et encore pour que ça rentre, et que vous compreniez ce que l’on attend de vous.

Maîtriser le cas pratique, le commentaire d’arrêt, la dissertation… En commençant par les découvrir ! Rappelez vous au lycée, lorsqu’on vous disait « tu peux faire deux ou trois parties, c’est comme tu veux ! Thèse Anti-thèse, Synthèse… » Ce temps là est révolu. Et si on vous dit le contraire, méfiez-vous, il s’agit d’un piège. En droit, c’est 2 parties 2 sous-parties. C’et tout.

Heureusement dans ce blog, vous avez une mine d’informations concernant ces exercices. Comme je suis sympa, je vous les regroupe par thème :

Le cas pratique

L’essentiel du cas pratique (I)

L’essentiel du cas pratique (II)

La dissertation

Réussir ses titres !

La dissertation : Entre hors-sujet et copie blanche

Le commentaire d’arrêt

Commentaire d’arrêt : la bonne problématique !

Réussir sa fiche d’arrêt

Articles communs à tous les exercices

Les clés de l’oral

Gagner des points sur le brouillon

5 attentes de vos professeurs (et 5 astuces pour vous aider à progresser)

Les symptômes les plus courants

Maintenant qu’environ un L1 sur deux a quitté ce blog en pleurs parce que le droit c’et vrément tro dur put1 !, nous pouvons reprendre notre article où nous l’avions laissé.

Quelques réflexions trottent toujours dans la tête après la rentrée. Essayons de voir comment faire pour les chasser de vos esprits.

La quantité de cours

J’ai titré la quantité de cours, mais j’aurais très bien pu mettre la technicité, ou l’intérêt des cours. car ces trois points sont en réalité liés.

Moins un cours vous intéresse, plus vous allez le trouver chiant (cette blague!) et trop technique. Et long en plus. Très long ! Pourquoi dans votre cours préféré, votre prof vous fait écrire au rythme de deux malheureux paragraphes à l’heure, alors que dans ce cours de droit budgétaire, vous êtes à trois copies-doubles de l’heure ??

Vous avez deux solutions.

  • râler contre la fac parce que vraiment c’est de la discrimination (vous découvrirez le sens de ce mot en 3ème année) et que c’est dégueulasse et que d’abord la fac de droit c’est que des bourgeois pistonnés par PapaMaman, alors que vous, issu du prolétariat, connaissez les vraies valeurs de la vraie vie des vrais gens. Bravo ! Vous finirez président de l’antenne locale de l’Unef ! Vous réussirez vos années, mais pas parce que vous êtes bon. Vos professeurs vous valideront vos matières en espérant que vous tenterez un M1 et/ou M2, à Paris, proche de votre maison-mère, rue Solférino.
  • La deuxième solution est de se prendre en main :

Vous êtes démotivé

Ca peut arriver, même en début d’année, lorsque l’on se rend compte que les matières sont toutes plus inintéressantes les unes que les autres, et que décidément cette année ça va être vraiment looooong.

Dans ce cas, rappelez vous de vos objectifs. Qu’est-ce qui vous fait rester en droit ? Vous pouvez aller de temps en temps aux audiences du TGI, pour voir le monde de la justice en action, et vous remotiver.

De plus n’oubliez pas que vos études ne sont pas toute votre vie ! Pour le moment vous voyez beaucoup de contraintes dans ce que vous faites, mais il y a aussi (et surtout!) des phases lors desquelles cela vous plaît de faire du droit (à ce qu’il paraît).

Vous avez ici un condensé de toutes les façons de retrouver sa motivation, même en début d’année. De rien.

 

Je suis nul car je ne comprends rien

C’est peut-être le cas.

On a tous des matières avec lesquelles on a plus d’affinités. Par exemple j’ai toujours aimé le droit du travail, le droit pénal et le civil de L2 (Oblig+Responsabilité). En revanche le droit administratif m’a toujours paru très chiant. A tel point qu’à un oral, Jean-Professeur m’a demandé si je trouvais la matière austère. True story. J’ai eu 6 ce jour là.

Un étudiant n’a pas de mauvaises notes parce qu’il est débile, qu’il a fait un bac L, ou pire S (!!). Un étudiant a de mauvaises notes par manque de méthode, ou parce qu’il ne s’intéresse pas à la matière, et donc ne la travaille pas assez. Et toutes les excuses – c’est une matière trop technique pour moi – ne fonctionnent pas réellement :

Toutes les matières juridiques sont techniques. Bon peut-être pas toutes, il y a le droit de la famille aussi. Mais pour les vraies branches du droit, il y a des raisonnements dans tous les sens, des subtilités en veux-tu en voilà, et des jurisprudences à connaitre, parce que la solution est toute pétée, et que seule la Cour de Cassation est capable d’écrire un torchon pareil !

Ce que j’essaie de vous dire par là, c’est que l’aspect technique d’une matière ne doit pas vous faire perdre confiance en vous. Lorsque vous décrochez la moyenne ou plus à un partiel, c’est parce que vous avez mieux saisi les notions. Et si vous pouvez le faire pour une matière, vous pouvez le faire pour toutes. Même quand c’est chiant et inintéressant au possible. Quoi ? Le droit entier est chiant et inintéressant ? Allons, allons.

J’ai pas envie de faire mes TD

Mode papa/chargé de td/professeur ON. 

J’ai un secret à vous confier. Et je compte sur vous pour ne pas l’ébruiter.

IL N’Y A QU’UNE FAÇON DE RÉUSSIR : TRAVAILLER SÉRIEUSEMENT ET TOUT AU LONG DE L’ANNÉE

Comment Mike Tyson est devenu champion ? En renouvelant son abonnement Canal + ? Comment Ross a-t-il réussi à conclure avec Rachel ? En branchant sa X Box tous les soirs ? Comment Cersei a-t-elle eu autant d’enfants de son frère ? En se trémoussant devant lui et en polissant son épée de la façon la plus… Oubliez.

Le constat est simple : en faisant rarement ses TD, un étudiant arrive aux partiels avec deux problèmes majeurs :

  • Il n’a pas suffisamment travaillé et approfondi les thèmes abordés ce semestre. Il est fort probable qu’il se plante. D’autant qu’il est assez fréquent que le sujet du partiel tombe sur un arrêt contenu dans la plaquette de TD. Transformé en cas pratique ou tout simplement un commentaire dudit arrêt. Du coup c’est un peu bête de ne pas l’avoir fiché pendant le semestre…
  • Il ne s’est pas suffisamment entraîné sur ses exercices. Donc le jour J, notre brave étudiant – que nous appellerons affectueusement Jean-Echec – stresse parce qu’il se demande combien y-a-t-il d’étapes à la fiche d’arrêt ? le chapô est il obligatoire en début de partie ou de sous partie ? Bref autant de temps perdu à se poser des questions qui devraient être résolues AVANT le partiel. Et à coté de lui, Jean-Jebossecarjen’aipasdevie a déjà fini sa fiche d’arrêt car il les a toutes bouffées pendant la préparation de ses séances de TD. Il est nécessairement plus efficace pour décrypter un arrêt, et le ficher que Jean-Echec.

         Et le but est bel est bien d’être efficace.

Alors certes, au début vous allez passer beaucoup de temps sur vos séances de TD, en ne voyant pas vos progrès, mais petit à petit vous allez vous rendre compte de votre marge de progression et de ce que vous êtes capable de faire. Sans compter que plus vous lisez d’arrêts, plus votre culture juridique augmentera.

Petite explication :

Sur vos plaquettes de TD, vous avez généralement, le thème indiqué, le ou les exercice(s) à faire, et beaucoup d’arrêts + références à des articles de doctrine.

Il faut savoir que ces pages d’arrêts et ces articles ne sont pas là dans le seul but de participer à la noble tâche qu’est la déforestation. Non. Il y a souvent les solutions ou des pistes de réflexion pour votre exercice.

Voilà donc comment vous devriez préparer vos TD :

  • Apprendre la notion en lien avec la séance
  • Ficher les arrêts contenus dans la plaquette
  • Lire au moins un article de doctrine (ça vous servira lors du partiel)
  • Faire l’exercice. Au PC ou à la main c’est comme vous voulez. Mais au fur et à mesure, essayez de les faire à la main, ça peut vous aiguiller sur le temps passé sur les différentes phases (compréhension, brouillon, rédaction).

Bon, je sors du mode papa. Mais c’est vous qui m’y avez obligé ! Je préfère de loin raconter des trucs obscènes.

Mais  j’ai une mission sacrée. Un ange est descendu du ciel en me confiant la tâche ardue de vous aider dans votre quête de pouvoir et d’argent. Pour qu’une fois riches et accros à la coke et aux femmes de joie ; attachés par des liens de cuir (mesdemoiselles, depuis 50 nuances de Grey, on sait que vous en raffolez, ne le niez pas),  vous puissiez hurler :

 river song GIF
Bande de dégueulasses.

Bon, je vais vous laisser là pour ce soir. Ceux qui ont les yeux qui saignent, je ne sais pas trop quoi vous dire.

Ah si ! Le prochain article va traiter d’un sujet très important : pourquoi les gens de droite réussissent mieux leurs études de droit ? Âmes sensibles s’abstenir.

Allez, la bise !

0 comments on “Le Syndrome Post-Rentrée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :